Les changements observés dans le spam au cours de la dernière décennie

Bien que le nombre de spams ait diminué depuis 2011, ils restent prédominants, représentant toujours plus de 70 % du trafic d'e-mails dans le monde. De plus, environ 20 000 personnes en France sont victimes de phishing chaque année.

Même si nous nous sommes habitués à recevoir quotidiennement un grand nombre de spams dans nos boîtes mail (en moyenne 35 par jour !) Les analyses d’un expert en filtrage des e-mails soulignent que les conséquences de ces pratiques sont loin d'être insignifiantes. Chaque année, environ 20 milliards de dollars sont dépensés pour combattre le spam, tandis qu'en France, près de 20 000 personnes sont victimes de phishing.

A voir aussi : Voici comment regarder un match de foot en direct sur internet

Le spam reste toujours lucratif

 Il existe de nombreuses activités malveillantes sur le web, parmi lesquelles l'envoi de spam et de virus constitue des exemples courants de l'activité des botnets.

Bien que le volume de spams ait été réduit depuis 2011, les réseaux de botnets restent la source principale de la génération de spam. Ainsi, chaque année, en moyenne, 3,5 milliards de spams sont envoyés par chaque réseau de botnets.

Dans le meme genre : Google VS Google Chrome : Quelle différence ?

Après avoir infecté initialement une machine cible avec un malware, permettant de collecter diverses informations sensibles telles que les numéros de carte bancaire, les mots de passe et les données personnelles, d'autres phases d'infection peuvent se produire pour étendre le botnet.

Par conséquent, les adresses e-mail collectées sont utilisées pour de nouvelles phases d'infection virale, contribue à l'expansion du botnet à une échelle importante. À titre d'exemple, le botnet "Bredolab" comptait à son apogée près de 30 000 000 de machines zombies.

L'ingéniosité des cybercriminels ne cesse de croître. Une des dernières fraudes consiste à automatiser les clics sur des liens publicitaires (malvertising), mettant ainsi en péril le modèle économique des liens sponsorisés, largement utilisé sur Internet. Environ 20 % des clics sur les liens publicitaires sont estimés être frauduleux. Depuis ses débuts, la solution Altospam développée par la société Oktey a été spécialement conçue pour gérer cette problématique majeure tout en garantissant un filtrage efficace pour ses utilisateurs. Vous pouvez tout savoir sur site https://www.altospam.com/glossaire/spam/.

Nous entrons dans une ère de phishing ciblé

Pour contourner les filtres antispam les plus avancés, les cybercriminels se tournent désormais vers des attaques qualifiées de "chirurgicales". Ils examinent d'abord l'identité du destinataire et de ses proches sur les réseaux sociaux afin de concevoir un e-mail qui reflète le contexte interpersonnel. Ils vont même jusqu'à se faire passer pour un expéditeur connu du destinataire afin de mener des actions frauduleuses. Cette technique est connue sous le nom de "spear phishing".

L'évolution de l'attaque ciblée par e-mail, combinée à l'usurpation d'identité, représente une menace croissante et extrêmement dangereuse, tant pour les entreprises que pour les individus.

Les escroqueries "au président" illustrent parfaitement ce genre d'attaque : des entreprises telles que Michelin, Total, Vinci, LVMH ou Accor ont récemment été victimes de ce type de fraude. Les solutions de protection doivent donc ajuster leur technologie pour faire face à cette menace, en particulier en avertissant l'utilisateur que le contenu d'un e-mail peut entraîner des actions sensibles. Une autre solution est de l'encourager à vérifier d'où provient le courrier électronique.

Copyright 2023. Tous Droits Réservés